Sous le choc des bonnes vibrations

Le top laner de Dplus KIA, Kim « Canna » Chang-dong est entré sur la scène professionnelle de League of Legends en 2020 dans le cadre de la liste expérimentale de 10 joueurs de T1.

Son parcours esportif a été marqué par des faits marquants. Il a remporté la LCK Spring 2020 lors de sa première année et a participé aux Mondiaux 2021, où T1 a été éliminé par Damwon KIA dans une série serrée de 3-2 en quarts de finale.

Désormais membre de Dplus KIA, il s’est à nouveau qualifié pour les Mondiaux. Dans une interview exclusive avec ONE Esports, Canna raconte comment c’était ses débuts dans le jeu, son parcours inattendu vers le pro et les passe-temps qui l’aident à se détendre lorsqu’il fait une pause.

Crédit : Riot Games

L’entrée de Canna dans le jeu professionnel était tout sauf prévisible.

Sa première rencontre avec le jeu a eu lieu à la maternelle lorsqu’il a joué à Crazy Arcade, un jeu vidéo multijoueur en ligne populaire de Corée du Sud. Il s’agit d’un jeu d’action multijoueur rapide, de haut en bas, dans lequel les joueurs posent des bombes pour éliminer leurs adversaires tout en évitant d’être eux-mêmes pris dans le rayon d’explosion.

Au collège, il se souvient avoir joué à Sudden Attack. «Beaucoup d’entre nous étaient intéressés. Ensuite, tout le monde a commencé à migrer vers League of Legends », a-t-il raconté. Bien qu’il ait conclu un pacte avec un ami pour rester avec Sudden Attack, la curiosité a pris le dessus sur lui.

« Je rêvais de devenir un joueur professionnel d’esports, mais cela ressemblait plus à un fantasme qu’à une réalité accessible », a-t-il déclaré.

League of Legends Dplus KIA Canna avec un signe V lors d'un match du Mondial 2023
Crédit : Riot Games

Son talent naturel n’est pas passé inaperçu et, de manière tout à fait inattendue, il s’est retrouvé à répondre aux offres des équipes de l’Académie, ouvrant ainsi une voie vers la scène professionnelle qu’il n’aurait jamais cru possible.

En fin de compte, c’est sa sœur aînée qui l’a poussé à avancer. Il rit, la décrivant comme la « patronne » de la famille. Ses parents, en revanche, étaient neutres quant à ses perspectives de jeu professionnel et ne s’y opposaient pas. En fin de compte, ce sont les encouragements de sa sœur qui ont fait la différence, notamment lorsqu’il a atteint les Challengers.

Son parcours professionnel a été un mélange de hauts et de bas. Après avoir rejoint T1 puis Nongshim RedForce, il a finalement signé avec Dplus KIA en 2023. La route n’a pas été facile tout au long de la saison : l’équipe s’est qualifiée pour les Mondiaux en remportant une victoire acharnée contre Hanwha Life Esports 3-1 en LCK Regional. Finales pour se qualifier.

Kim "Canna" Chang-dong de Dplus pose sur la scène suisse du Championnat du monde League of Legends 2023 le 26 octobre 2023 à Séoul, Corée du Sud
Crédit : Riot Games

Tous les joueurs professionnels ont leur propre façon de gérer la pression. Canna a une méthode inhabituelle pour se détendre après une intense journée de jeu compétitif : il est captivé par les vidéos de voyage et, plus récemment, par les vidéos de pêche.

« Je n’ai pas de grands rêves de voyage, mais pour une raison quelconque, c’est plutôt amusant de regarder d’autres personnes voyager, comme aller à la pêche », a-t-il déclaré à ONE Esports. Ces vidéos, qui présentent souvent des scènes tranquilles de la nature et la simple joie d’attraper du poisson, contrastent fortement avec sa carrière d’esport sous haute pression.

Il est particulièrement intrigué par l’autonomie de ces aventures. «J’ai vu un YouTuber partir en voyage avec rien d’autre que du matériel de pêche, et il s’occupait de ses repas grâce aux poissons qu’il pêchait. Cela semblait très amusant », a-t-il partagé. Lui-même n’a pêché qu’une seule fois et n’a rien attrapé, mais la paix qu’il a ressentie pendant l’activité a été mémorable.

Son coéquipier, le bot laner de Dplus KIA, Kim « Deft » Hyuk-kyu, a également mentionné sa passion pour la nature lors d’une interview avec ONE Esports, où il envisage sérieusement un avenir en tant que réalisateur de documentaires sur la nature.

A lire également